Importance des joints de dilatation dans les ouvrages en béton

La pose de joints de dilatation dans les ouvrages en béton revêt une importance majeure. En effet, le béton, comme la plupart des matériaux, d’ailleurs, a tendance à se dilater ou à se rétracter en fonction des températures et de leur variation. Ce phénomène ne pose pas vraiment de problème lorsque les éléments concernés sont de petite taille. Néanmoins, pour des ouvrages de grande dimension, comme des dalles ou des murs, les déformations qui peuvent se produire ne sont pas sans incidences. Les joints de dilatation sont destinés à apporter une réponse efficace à ce problème.

Quels sont les risques liés à la dilatation du béton et comment les prévenir ?

En l’absence de joints, la dilatation et la rétractation des éléments en béton, par exemple au niveau des dalles ou des façades des bâtiments, vont provoquer différentes contraintes pouvant conduire à des fissures. L’esthétique, mais aussi l’étanchéité, voire la solidité de l’ouvrage, peuvent être affectées.

 

Le rôle d’un joint de dilatation est donc de prévenir ce type de risques, en absorbant les forces à l’œuvre lors de la dilatation ou de la rétractation des structures. Certains professionnels vont ainsi jusqu’à considérer qu’un joint bien conçu et bien posé constitue une condition essentielle pour la longévité des ouvrages en béton.

 

Pour que le joint de dilatation remplisse sa fonction de manière fiable et préserve les éléments en béton, plusieurs points doivent être pris en compte. Il faut tout d’abord calculer avec précision ses dimensions et déterminer son emplacement dans le mur ou la dalle.

Bien concevoir un joint de dilatation

Les joints de dilatation ont pour fonction, comme nous l’avons vu, d’absorber les déformations des éléments de construction, qu’il s’agisse d’un raccourcissement ou d’un allongement. Le joint allège ainsi la contrainte s’exerçant sur les structures en béton. Il convient de veiller à son bon dimensionnement. On considère que seul 25 % de la largeur du joint doit avoir un effet permanent sur la déformation. Dès lors, il faut utiliser un facteur de 4 par rapport aux variations de taille des éléments adjacents. Dans tous les cas, la largeur d’un joint de dilatation doit être d’au moins 15 mm lorsqu’il est employé dans la structure externe d’un bâtiment, par exemple en façade.

 

Lors de la conception structurelle, on veille à ce que les parties latérales des joints soient parallèles jusqu’à une profondeur de deux fois la largeur du joint, et sur au moins 30 mm, afin de permettre une tenue suffisante du matériau de comblement. Les bords doivent être propres et ne pas comporter d’éléments pouvant nuire à l’adhérence ou au durcissement du mastic utilisé pour le jointoiement.

 

Il faut garder à l’esprit que les joints de dilatation constituent une rupture dans les éléments en béton. Dans l’enveloppe des bâtiments, ils doivent donc être étanchéifiés avec soin, pour résister aux intempéries et éviter les infiltrations. On applique des produits d’étanchéité, des bandes de scellage et des profils de couverture pour un effet optimal.

 

Des joints de dilatation prêts à l’emploi

Sur un chantier de construction, les délais sont souvent serrés. C’est la raison pour laquelle les solutions prêtes à l’emploi sont privilégiées. Il existe aujourd’hui des joints de dilatation pour murs, façades et plafonds, spécialement pensés pour assurer les fonctions évoquées ci-dessus. Vedafrance.com est l’une des spécialistes de ce type de fournitures pour vos chantiers. Ce fabricant propose aussi bien des joints à utilisation verticale que des joints pour les éléments horizontaux : cornières en aluminium pré-percées, profilés en acier galvanisé, joints dotés d’une mousse cellulaire, treillis en fibre pour isolation extérieure, etc. Ces joints spécialisés sont conçus pour un usage précis et peuvent être posés directement au fil de l’avancée du chantier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *